Menu

A+ A A-

Qui sommes nous ?

L’ADECA (Association pour le développement économique et culturel de l’Aubrac) a été créée en 1977 à l’initiative de Germain Saltel, qui demanda à Emmanuel de Las Cases d’en être le premier président. Il eut l’intuition que l’Aubrac étant une entité géologique, agricole et culturelle, il fallait une structure qui fédère les habitants sans se laisser enfermer dans les frontières administratives. En effet, l’Aubrac est situé à la limite de trois départements (Aveyron, Cantal, Lozère) et donc de trois régions (Auvergne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées).

Pour concrétiser cet idéal fédérateur, l’association a créé le sentier « Tour de l’Aubrac » qui a ouvert en juillet 1979.

Laissons la parole à l’une des premières utilisatrices du Tour :

« L’originalité du Tour de l’Aubrac, c’est qu’il est le premier « G.R. de pays ». Ouvert en 1979, ces balises rouges et jaunes, avec, de place en place des têtes de vaches au pochoir, guident nos pas à travers la Lozère, le Cantal et l’Aveyron. Les chemins sont variés. Tantôt nous suivons la voie romaine qui reliait Lyon à Toulouse et dont les dalles et les bornes restent visibles même dans la bruyère, tantôt nous suivons d’anciennes drailles herbeuses empruntées autrefois par les troupeaux lors de la transhumance, tantôt nous croisons les chemins de Saint Jacques de Compostelle comme à Aubrac où la Tour des Anglais , construite par les moines pour défendre les pélerins contre les bandits pillards de la guerre de Cent Ans, continue de veiller sur la Dômerie. » (Geneviève André)

L’association avait prévu 9 étapes d’une longueur comprise entre 15 et 20 km et un hébergement dans des gites d’étapes ouverts à cette occasion chez des agriculteurs.

Elle a aussi entièrement rédigé le premier topo-guide.

Aujourd’hui, le topo-guide est celui de la Fédération française de randonnée pédestre (GR de pays Tour des monts d’Aubrac)

Les variantes sont plus nombreuses, la proposition d’hébergement est plus variée, mais la volonté de l’ADECA reste la même : faire partager aux randonneurs l’amour de leur pays qui anime ceux qui les reçoivent, permettre des rencontres avec les habitants de ce pays rude et fier, être une force de proposition à la veille de la création d’un parc naturel régional de l’Aubrac, aboutissement logique de l’intuition créatrice de l’ADECA.